. Modern-Paper, le plus de l'info: Coupe Davis 2015 : coup d’envoi*Antonin

Coupe Davis 2015 : coup d’envoi*Antonin

On les avait quittés le 23 novembre dernier à Lille, inconsolables après leur défaite… Terrorisés par l’enjeu, les Mousquetaires s’inclinaient en finale de la Coupe Davis face aux Suisses. Emmenés par leur capitaine Arnaud Clément, les Français se rendront en Allemagne, entre le 6 et le 8 mars, pour le premier tour de l’édition 2015. La liste des joueurs séléctionnés pour cette affiche au sommet a été dévoilée ce mardi. Non sans quelques surprises…
On les avait quittés le 23 novembre dernier à Lille, inconsolables après leur défaite… Terrorisés par l’enjeu, les Mousquetaires s’inclinaient en finale de la Coupe Davis face aux Suisses. Emmenés par leur capitaine Arnaud Clément, les Français se rendront en Allemagne, entre le 6 et le 8 mars, pour le premier tour de l’édition 2015. La liste des joueurs séléctionnés pour cette affiche au sommet a été dévoilée ce mardi. Non sans quelques surprises…


Lors de la finale de la Coupe Davis à Lille, la France s’était présentée avec le meilleur groupe possible. Celui qu’on a cru, pendant un moment, capable de rivaliser avec les Suisses. En effet, pour l’événement, Arnaud Clément avait emmené Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Richard Gasquet et Julien Benneteau. Avec ces mêmes joueurs, les Mousquetaires avaient étrillé en demie-finale la République Tchèque, sur le Central de Roland Garros, s’offrant ainsi une finale de rêve.

Dans un stade Pierre-Mauroy transformé pour l’occasion, plus de 27 000 personnes ont pu assister au dénouement de l’édition 2014. Attendu par tout un pays, le Saladier d’Argent est finalement revenu aux Suisses, au-dessus tout au long du weekend. Rapidement devant grâce à la victoire de Wawrinka sur Tsonga, les Suisses ont ensuite vu Monfils prendre le meilleur sur Federer. Finalement blessé, Tsonga fut contraint de laisser sa place pour un double majeur, mais perdu par les Français. Comme un symbole, c’est le maître incontesté du tennis, Roger Federer, qui offrit la coupe aux Helvètes. Remportant ainsi leur première Coupe Davis, ils laissèrent aux Bleus des regrets éternels…

Le 6 mars prochain, on repartira donc de zéro, pour un premier tour face aux voisins allemands. Comme toujours, on entend dire que c’est l’année ou jamais pour cette génération dorée… Mais ce premier affrontement de l’édition 2015 semble plus compliqué qu’il n’y parait. Absent des terrains depuis cette finale perdue, Jo-Wilfried Tsonga ne pourra tenir sa place. Toujours en délicatesse avec son avant-bras, le Monceau ne reviendra pas avant le tournoi d’Indian Wells (12-22 mars). A ce forfait vient s’ajouter un imbroglio autour de Gaël Monfils. Dans un premier temps, il avait déclaré qu’il ne pourrait tenir sa place pour cette rencontre. Lors d’une interview, il expliquait lui même : « Pour être honnête, ça vient plus de Jan que de moi. Jan estime que je cours après ma forme, que je n'ai pas fait la période foncière qu'il aurait souhaitée et que mes résultats sont moyens. Il trouve que je joue trop. Avec Jan, ça se passe très bien, mais il y a pas mal de ses décisions que j'ai outrepassées et ça l'agace énormément. Il ne m'a pas posé un ultimatum mais presque. Il m’a dit : “Si tu prends un entraîneur, c’est pour l’écouter.” ». Mais coup de théâtre, la liste dévoilée ce mardi par Arnaud Clément comporte bien le nom de Gaël Monfils. Et c’est une très bonne nouvelle pour le clan français. En effet, le Parisien est en grande forme en ce début d’année avec notamment une demie-finale à Montpellier et une finale à Marseille.

Ce premier tour qui aurait pu être une simple formalité peut finalement devenir typiquement le match piège… Sans ces deux éléments majeurs, la France se présente donc face à l’Allemagne avec une équipe affaiblie. On rappelle que la sélection allemande a également des arguments à faire valoir. En effet, ils joueront à domicile, et sur une surface choisie par leur soin. Surtout, après un an d’absence, ils pourront compter sur leur numéro 1, Philipp Kohlschreiber. « J’ai été sélectionné en Coupe Davis, je me réjouis d’aller à Francfort », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Munich. Le Bavarois, 31 ans, 22e joueur mondial, a expliqué que la décision avait été prise après « une excellente discussion » avec le nouveau capitaine Michael Kohlmann, qui a succédé à Carstens Arriens. Face à ces mêmes Allemands, les Français avaient frisé l’élimination l’année dernière, lors des quarts de finale à Nancy. Menés 2-0, les Bleus avaient finalement renversé la vapeur pour rallier les demies-finales.

Mais attention, l’équipe de France aura tout de même de solides arguments. Son atout majeur sera pour l’occasion Gilles Simon, en pleine forme en ce début d’année. En effet, celui qui va probablement devenir le numéro 1 Français dans quelques semaines reste sur une victoire à Marseille face à son ami Gael Monfils. Au-delà de ce 12eme titre, il est désormais le deuxième joueur français le plus titré de l’Ere Open, seulement devancé par Yannick Noah. A ce titre s’ajoute une récente victoire face à Andy Murray, la première en treize confrontations. Il sera accompagné de Richard Gasquet, récent vainqueur du tournoi de Montpellier et adepte de cette surface. Nicolas Mahut, 33 ans, fêtera quant à lui sa première sélection. Récent finaliste de l’Open d’Australie avec Pierre Hugues Herbert, il aura l’occasion d’apporter un point précieux lors de ce weekend crucial. Enfin, les Bleus pourront compter sur la présence de Julien Benneteau dans le rôle du cinquième homme.

En quarts de finale, le vainqueur du duel entre la France et l’Allemagne retrouvera la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis. Mais avant de penser à cela, les Bleus doivent encore passer l’obstacle Allemand. Et pour y parvenir, Gaël Monfils leur sera d’une grande aide… Mais l’imbroglio autour du parisien s’inscrit dans la lignée de nombreux cas similaires en Coupe Davis, qui font l’objet d’un débat depuis de longues années. En effet, auparavant, la Fédération Internationale de tennis faisait face à un manque de motivation des joueurs pour disputer ces rencontres. Ainsi, pour les inciter à jouer pour leur pays, depuis 2009, les matches de Coupe Davis rapportent désormais des points au classement ATP. Une victoire en simple rapporte de 5 (en barrages) à 75 points (en finale). A titre de comparaison, un succès au premier tour d’un Grand Chelem rapporte 35 points.

Bien que la Coupe Davis soit une fierté pour beaucoup, elle a longtemps été boudé par de nombreux joueurs. Mais lorsqu’ils décident de la jouer, les résultats sont très souvent au rendez-vous. Par exemple, les membres du trio infernal, Nadal, Djokovic et Federer l’ont déjà tous remportés avec leur pays respectif. Ce qui leur permet ensuite de pouvoir la « mettre de côté » et ainsi se concentrer sur leur carrière en simple. C’est par exemple le cas de Roger Federer et Stanislas Wawrinka qui, cette année, ont décidé de pas jouer la Coupe Davis après leur victoire l’an passé. Présent au 1er tour à deux reprises au cours des trois précédentes années (2012 et 2014), le numéro 2 mondial reprend donc ses vieilles « habitudes ». Il avait fait l’impasse sur le 1er tour de 2005 à 2010, jouant en revanche six des sept barrages disputés consécutivement par la Suisse entre 2005 et 2011. On voit mal la Suisse gagner son premier tour face à la Belgique sans ces deux atouts majeurs. D’autant plus que leur meilleur joueur après le duo «Fedrinka», Marco Chiudinelli, 209e à l’ATP se remet d’une opération au coude droit…


La présence de Gaël Monfils est en tout cas une très bonne nouvelle. Car le temps presse pour cette génération à laquelle on prédit un sacre depuis de longues années. Après trois défaites en finale en 2002, 2010 et 2014, 2015 sera-t-elle l’année du succès ? « Cette équipe a encore un avenir. La défaite n’est pas très grave si on en tire les leçons » clamait l’ancien capitaine et DTN, Patrice Dominguez après la finale perdue à Lille.

Aux Français de lui donner raison…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire