. Modern-Paper, le plus de l'info: Aux urnes citoyens !*Aurore Pageaud

Aux urnes citoyens !*Aurore Pageaud

Ce dimanche 6 décembre 2015, 3 semaines après les attentats de Paris, s’est déroulé le premier tour des élections régionales. « Le FN premier parti de France » est la phrase qu’on a entendue en boucle dans les heures qui ont suivies les résultats.

Avec 49 % de taux d’abstention, 27 % des électeurs français ont voté pour une liste Front National. Le FN réalise un score historique dans 6 régions sur 13. Le Parti Socialiste, défait au niveau national, ne domine pour l’instant que dans deux régions : la Bretagne où Jean-Yves Le Drian, ministre actuel de la Défense, remporte 34,92 % des suffrages exprimés et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes où Alain Rousset, président de région sortant, est en tête avec 30,39 %. La liste d’Alain Rousset a d’ailleurs fusionné avec celle d’Europe Ecologie les Verts en début de semaine.

Crédit image

Les Républicains sont au coude à coude avec le FN au niveau national : 27 % des votes pour les deux partis. Ce n’est pas le cas sur le plan régional, où LR n’arrive en tête que dans 4 régions : la Normandie - Haute et Basse Normandie fusionnées - un résultat très proche de celui du FN. Les Républicains sont néanmoins largement en tête en Pays de la Loire, en Bourgogne-Franche-Comté et en Ile de France, où la liste est conduite par Valérie Pécresse.

Nicolas Sarkozy a décidé dimanche soir qu’aucun retrait ou fusion de liste ne serait effectué, voulant la plus grande transparence possible de son parti. Tandis que Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste, appuyé par Manuel Valls, appelle toutes les listes PS arrivées en troisième position à se retirer du second tour. Se retirer pour faire barrage au FN et appeler tous les électeurs de gauche à voter à droite au second tour, tel est le message clair que le PS martèle. Jean-Pierre Masseret ne veut pourtant pas coopérer : tête de liste PS du Grand-Est, arrivé en troisième position au premier tour, il estime que cette stratégie ne marche pas, qu’elle a déjà été mise en place auparavant et que le FN a continué de progresser.

6 régions sur 13 pour le Front National et la plupart des médias qui titrent ce matin « Le Choc ». Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen réalisent des scores historiques respectivement en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte-D’azur. Toutes deux avoisinent les 41 % des suffrages exprimés. Ce sont deux régions où la stratégie du parti est dynamique, mobilisant nombre d’électeurs, beaucoup de jeunes. Ces régions ne sont pas les seules, puisqu’en effet le compagnon de Marine Le Pen, également Vice Président du FN, Louis Aliot réalise 31,83 % en Languedoc-Roussillon, tandis que Florian Phillipot obtient un score de 36,06 % dans le Grand-Est. C’est peut-être dans le Centre-Val de Loire et Bourgogne Franche-Comté qu’on attendait le moins le FN, il y obtient pourtant plus de 30 % des votes.

Les sondages nous montrent qu’après les attentats, le taux de participation au vote des électeurs de gauche et de droite a augmenté de 6 points, quand il augmente de 15 points pour les électeurs du Front National. Le taux de participation cette année était plus élevé qu’en 2010, mais il n’a néanmoins pas dépassé la barre des 51 %. Le second tour des élections régionales se déroulera dimanche, la majorité des électeurs sera appelé à voter entre une liste Les Républicains et une liste Front National. Le Parti Socialiste sera sûrement présent dans 3 régions. Rappelons que les élections régionales sont les ultimes élections avant celle tant attendues des présidentielles et que la fusion des régions entraîne un pouvoir économique plus important. Aux urnes citoyens !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire