. Modern-Paper, le plus de l'info: CSP Limoges : quels objectifs pour les Limougeauds ?*Clément Finot

CSP Limoges : quels objectifs pour les Limougeauds ?*Clément Finot

Nouvelle saison, nouveaux objectifs. Pour le club du passionné Fred Forte, l'objectif majeur est de marquer l'histoire nationale, en remportant un troisième titre de Champion de France d'affilée. Chose pratiquement jamais réalisée dans l'histoire. Seul l'ASVEL a réussi pareil exploit (1955-56-57) et... le CSP, deux fois, pendant sa décennie dorée (1983-84-85 et 1988-89-90). Après un faux départ en championnat ainsi qu'en Euroligue, où Limoges est pratiquement éliminé à la suite de son piètre match contre Zagreb, il est temps de retrouver de l'allant, si cela est possible. Retour sur le début de saison et sur les maux limougeauds.

Crédit image

Culpepper : un leader au placard

Recruté cet été, Randy Culpepper (26 ans) devait être le facteur X de l'attaque des Verts. Gros dribbleur, joueur de un contre un et pas mauvais shooteur extérieur, il avait tout l'air d'être une bonne pioche. Sauf que depuis quelques semaines, il est tout simplement sorti de la rotation par Philippe Hervé. La raison ? Inconnue. Frustré et déconcerté, tout Beaublanc a déjà crié « Randy, Randy » pour le voir apparaître. Mais Philippe Hervé, dans la plénitude de son stoïcisme, n'a jamais répliqué en le faisant jouer. Signe qu'à l'intérieur du vestiaire, l'équation n'est pas résolue. S'il ne faut pas parler de clans ou quoi que ce soit, il y a quelque chose qui ne marche pas. Collectivement et individuellement.

De petits problèmes à tous les niveaux

Le cinq de départ est, en général, le suivant : Westermann, Schaffartzik, Boungou Colo, Daniels, Traoré. Prenons le cas du meneur de jeu français. L'ancien du Partizan Belgrade est une énigme. Le back-up de Parker à l'Euro dernier est trop intermittent et quand on sait l'importance d'un meneur pour organiser le jeu et donner le tempo, il ne donne pas toujours l'exemple qu'il faut donner. Sur les ailes, le facteur X se nomme Heiko Schaffartzik. S'il a mis du temps à s'imposer sous ses nouvelles couleurs, lui qui ne devait rester « que huit semaines, voire plus, si affinités » selon Hervé, est aujourd'hui un élément moteur de cette formation. Pour preuve, il est ovationné et scandé à chacune de ses sorties par le public connaisseur de Beaublanc. Dans la peinture, le soyeux Ali Traoré fait du bien en attaque. Adroit balle en main, il remplit son rôle régulièrement (13,3 pts/match en Pro A, 58,8% de réussite au tir). Mais il semble trop frêle, surtout pour l'Euroligue. Quand on connaît l'importance majeure d'un pivot dominant en Coupe d'Europe, Traoré ne remplissant pas les critères physiques pour cela, il est clair que Limoges n'a pas un effectif bâti pour passer le cap des poules. Et peut-être pas non plus pour le championnat. Aujourd'hui douzième et donc non-qualifié pour les play-offs, Limoges doit vite se remettre au travail pour retrouver le standing qui est le sien. Ça passe pas un collectif et une confiance retrouvée. Pour augmenter le pourcentage de chances d'avoir un nouveau titre, le CSP cassera certainement sa tirelire pour ferrer un gros poisson, comme ils l'avaient fait le printemps dernier en recrutant l'excellent Pooh Jeter. Pas de quoi s'inquiéter, mais il va falloir mettre le bleu de chauffe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire