. Modern-Paper, le plus de l'info: L'Édito politique #58 : Un peu de bon sens, bon sang !*Théo Moy

L'Édito politique #58 : Un peu de bon sens, bon sang !*Théo Moy

Le Front National a largement remporté le premier tour des élections régionales. C’était attendu, sinistrement annoncé, nous n’avons pu que constater. La diabolisation, il n’en est plus question. Il n’y a heureusement pas 30% de racistes en France.

Les Français sont conscients que leur système politique agonise. Il est tout de même fou de se dire que le premier parti n’est pas ou si peu représenté à l’Assemblée Nationale. Il est tout aussi fou de réaliser comme les programmes du PS ou de LR sont désespérément vides d’idées. Ceux-là doivent profondément se remettre en cause, sinon, et ils l’auront bien mérité, la France sera bleu marine en 2017. La France des campagnes, des petits commerçants et des déçus de l’UMPS vote extrême droite car on ne lui propose pas mieux. A court terme, si les égos sont mis de côté, on peut encore faire barrage. En effet, la partie n’est pas jouée. Dans toutes les régions où le FN est en tête, les deux grands partis dits traditionnels semblent avoir un devoir républicain. En PACA comme en Nord-Pas-de-Calais, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé que le PS se retirait. Ainsi, les candidats LR bénéficiant d’un front républicain improvisé, le Front National ne l’emporterait. Il ne s’agit pas pour les socialistes d’adhérer au programme de l’autre mais de considérer qu’il vaut mieux un libéral de droite plutôt qu’un extrémiste.

A long terme, ce barrage finira bien par céder. Car en s’alliant presque, les partis modérés donnent raison au discours frontiste. Ainsi va la France, fragmentée, divisée, perdue. Et on peut s’en inquiéter, car aucun homme providentiel ne surgit à l’horizon 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire