. Modern-Paper, le plus de l'info: L'Édito politique #61 : COP 21, let’s save the world !*Théo Moy, chef du service politique

L'Édito politique #61 : COP 21, let’s save the world !*Théo Moy, chef du service politique

A la lecture de l’accord de Paris auquel a abouti la COP 21, une joie s’est emparée du cœur de ceux qui croient que ce siècle est celui durant lequel l’homme va devoir sauver la terre. Car la surexploitation de notre planète bleue risque chaque jour de la détruire et, avec elle, les êtres vivants qui l’habitent. Et nous voyons en ce texte une véritable tentative mondiale d’enrayer ce processus. Si chacun peut à son niveau faire des efforts pour préserver son environnement, rien n’est possible sans l’implication totale des nations et des entreprises transnationales. Car ce sont ces dernières qui polluent tant, déforestent, contaminent et menacent l’équilibre précaire qui permet le miracle de la vie. Si nous manifestons notre joie devant le signe d’un début d’implication réelle des états du monde dans la lutte pour la préservation de la terre, rien n’est encore fait. 

Il faut davantage écouter les sirènes rationnelles de l’altermondialisme réfléchi. Ce n’est pas en demeurant obnubilé par la perspective de la variation du PIB, indicateur capitaliste anti-humain, que nous assurerons une vie saine aux générations futures. C’est au contraire, et nous ne le répèterons jamais assez, en remettant l’homme et son environnement au centre des préoccupations politiques que nous pourrons permettre un développement réel et global. Alors, réjouissons-nous de l’accord de Paris mais demandons en plus à nos dirigeants ! Non pas en votant EELV, parti plus gauchiste et démago qu’écologiste, mais en faisant en sorte que les préoccupations qui sont les nôtres deviennent celles de tous les partis. 2% de croissance c’est bien mais à manger pour tout le monde c’est mieux et une terre protégée ce serait parfait…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire