. Modern-Paper, le plus de l'info: Trump, Libye, Daech…on en parlera encore en 2016*Nicolas Le Hérissé

Trump, Libye, Daech…on en parlera encore en 2016*Nicolas Le Hérissé

Donald Trump sera-t-il investi chez les républicains ?

Une campagne à l’issue plus qu’incertaine, tant le milliardaire Donald Trump, poursuit sa course en tête parmi les prétendants républicains à la Maison Blanche. Selon un dernier sondage, il recueillerait 38% des intentions de vote côté républicains, distançant de plus de 20 points son principal concurrent Ted Cruz. Outre-atlantique, 2015 aura décidément été l’année Trump. Avec ses déclarations outrancières et racistes, l’homme d’affaire a su garder tous les projecteurs sur sa personne. Incarnant le parler-vrai, indépendant de tout lobbys et pourfendeur du politiquement correct, Donald Trump a su séduire une frange des conservateurs nostalgiques d’une Amérique omnipotente. Dans son camp, sa progression inquiète. Il aura fallu attendre sa sortie sur l’interdiction du territoire américain aux musulmans pour que ses rivaux passent à l’offensive. Mais peu ont osé l’affronter directement, par crainte d’endurer la repartie du candidat. A un mois du début des primaires, une candidate profite des provocations du milliardaire : Hillary Clinton, qui observe le camp d’en face non sans consternation. « Ce qu’il dit aujourd’hui est honteux et mal », a-t-elle déclaré.

Crédit image


L’État islamique sera-t-il détruit ?

Les attentats de Paris ont eu pour conséquence l’intensification des frappes contre les positions de Daech en Irak et en Syrie. Le territoire contrôlé par Daech aurait été réduit de 14% par rapport à 2014. Par ailleurs, les forces kurdes et irakiennes ont reprit aux djihadistes les villes irakiennes de Sinjar et Ramadi, sous le joug de Daech depuis plusieurs mois. Les sources de financement de Daech sont aussi les cibles des bombardements de la coalition internationale. Les centres pétroliers sont lourdement touchés par les frappes aériennes. Mais les bombardements seuls ne suffiront pas a détruire Daech. Pour reprendre les territoires perdus et ainsi faire reculer les djihadistes, des troupes au sol sont nécessaires. Ramadi en Irak a été reprise grâce aux forces irakiennes appuyées par les raids de la coalition. Même chose pour la ville kurde de Kobané. Les occidentaux fournissent une aide militaire et logistique a l’armée irakienne et aux forces kurdes afin de les aider dans leur progression. Mais le déploiement de troupes occidentales au sol a été exclu...ne finira-t'il pas par s'imposer de lui même ?


La guerre en Syrie va-t-elle se terminer ?

Après cinq années d’un conflit qui a fait plus de 250 000 morts et des millions de réfugiés, l’espoir d’une sortie de crise semble se dessiner en Syrie. Pour la première fois depuis le déclenchement du conflit en 2011, les membres du conseil de sécurité de l’ONU se sont mis d’accord sur une sortie de crise politique en Syrie. Des pourparlers entre l’opposition et Bachar al-Assad ainsi que l’instauration d’un cessez-le-feu et la préparation d’élections font partie de la résolution votée à l’unanimité par les grandes puissances. Cependant, le sort réservé au président syrien n’a pas été mentionné. Pour Washington et Paris, Bachar al-Assad ne peut représenter l’avenir de la Syrie et devra donc quitter le pouvoir. Du coté de Moscou, Vladimir Poutine soutient le régime de Damas en bombardant les rebelles modérés et les groupes djihadistes comme Daech et Al-Nosra.


Y aura-t-il une intervention en Libye pour mettre fin au chaos ?

La Libye pourrait être le théâtre d’une nouvelle intervention militaire des occidentaux. Depuis le renversement de Kadhafi en 2011, le pays est morcelé entre deux gouvernements qui s’opposent pour la légitimité du pouvoir. Cette instabilité politique a profité à Daech qui s’est implanté sur le territoire libyen depuis plus d’un an. Les djihadistes se sont emparés de la ville de Syrte, située sur la côte méditerranéenne. Il y aurait actuellement quelques milliers de djihadistes en Libye. Un nouveau point d’ancrage loin de l’Irak et de la Syrie qui préoccupe les capitales occidentales. La France et l’Italie pourraient procéder a des frappes aériennes contre les positions de Daech en Libye. L’organisation terroriste aurait aussi mis la main sur des installations pétrolières et gazières. Cette présence djihadiste menace surtout les pays voisins : la Tunisie, l’Algérie et l’Egypte. La Tunisie, qui partage 300 km de frontière avec la Libye a été frappée à trois reprises par des actes terroristes revendiqués par Daech.


L’Europe va-t-elle s’entendre sur la crise des migrants ?

En 2015, ce sont plus d’un million de migrants qui ont rejoint l’Europe. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), il s’agit du « plus gros afflux depuis la Seconde Guerre mondiale ». Les Syriens, Afghans et Irakiens sont les plus nombreux a avoir fui la guerre et les persécutions. Face à cette situation inédite, les pays européens peinent a s’accorder pour trouver des solutions. Sur le million de réfugiés, la France n’accueille que très peu de monde. Sur les neuf premiers mois de 2015, la France a reçu 52 000 demandes d’asile. Rien à voir avec les 4 millions de réfugiés syriens au Liban, en Jordanie et en Turquie. Plusieurs pays européens dont la Roumanie et la République-Tchèque, s’opposent à la répartition des migrants. L’Allemagne, premier pays d’accueil en Europe, en a reçu sur son territoire plus de 900 000.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire