. Modern-Paper, le plus de l'info: L'Édito politique #68 : Mascarade ministérielle et mort de la gauche*Théo Moy, chef du service politique

L'Édito politique #68 : Mascarade ministérielle et mort de la gauche*Théo Moy, chef du service politique

Hier a eu lieu un nouveau remaniement, c’est l’occasion de s’interroger sur le cap du nouveau gouvernement Valls et sur l’état de la gauche française.

Quelques jours après que Mme Taubira eut quitté son poste pour cause de désaccord majeur sur la question de la déchéance de nationalité, on ne peut dire que les nouveaux ministres soient très en phase avec le discours officiel. Pour Jean-Marc Ayrault, l’ex-premier ministre qui s’installe aujourd’hui au Quai d’Orsay, la déchéance de nationalité représente la division des Français, il l’assurait il y a deux mois de cela. Pourtant, hier, il l’a votée comme député, sentant probablement sa nomination venir.

Après des mois voire des années à conspuer, insulter, sermonner tout à tour Valls puis Hollande, voilà qu’Emma Cosse rentre au gouvernement. Pour rappel, cette dernière considère que la déchéance de nationalité « fait du mal à notre pays » et, dès 2011, elle jugeait François Hollande « pas crédible pour un sou ». Mais ne soyons pas cyniques, l’efficacité de la politique menée par le président a surement dû la faire changer d’avis !

On s’en doutait, on en est maintenant convaincus, la gauche des valeurs a bel et bien disparu. Une gauche des bas calculs politiciens et des alliances douteuses entre une ex-punk (Emmanuelle Cosse) et un ex-banquier (Emmanuel Macron) a pris sa place. Cela dit, l’espoir de la retrouver subsiste puisqu’à la veille de la mascarade ministérielle, Jean Luc Mélenchon officialisait sa candidature pour les élections présidentielles. Nous voilà sauvés !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire