. Modern-Paper, le plus de l'info: Où en est le projet européen ?*Valentine Ravez

Où en est le projet européen ?*Valentine Ravez

Paul Valéry disait considérer comme européens tous les peuples ayant subi au cours de leur histoire l'influence de la Rome antique, du Christianisme et l'apport de la Grèce antique.

Ce qu'on sait peu sur le projet européen c'est qu'il est apparu au Moyen-Age où on parlait déjà d'une civilisation européenne. C'est surtout au 20ème siècle que l'envie d'une unité sur le continent se fait sentir, notamment après les guerres qui ont décimé les populations. En 1951 est instituée la CECA (communauté économique du charbon et de l'acier) ayant pour objectif de favoriser les échanges commerciaux. Puis c'est en 1957 avec le traité de Rome que les premières pierres de notre Europe actuelle sont posées. On passe ensuite en 1973 à l'Europe de neuf pays, jusqu'à arriver aujourd'hui à l'Europe à 28. L'intégration économique dans l'union européenne est la plus aboutie au monde, on parle d'union économique et monétaire qui signifie la création d'un marché commun et de politiques économiques communes ainsi que d'une monnaie unique.



L'Europe, omniprésente dans notre vie quotidienne

Aussi bien au niveau des réglementations sur les biens et services que sur l'économie, l'Europe est partout. En acceptant d'entrer dans l'union européenne, les États abandonnent une part de leurs compétences et de leur souveraineté notamment en matière monétaire. Les 19 membres doivent ainsi répondre à des critères dits de convergence pour garantir une stabilité économique, principal objectif de la Banque Centrale Européenne qui vise à assurer une inflation proche de 2%. Quant à l'euro, lancé en 2002 et monnaie unique des membres, il est d'autant plus facteur d'unité et preuve de l'aboutissement du projet européen initial. On dit qu'elle est bonne pour l'économie, ayant de nombreux avantages notamment pour attirer les investisseurs, garantir une certaine transparence des prix et un plus vaste marché.

De plus, la législation européenne est de plus en plus présente dans nos Droits nationaux, est même inscrite dans notre Constitution la primauté du droit communautaire sur le droit national.

Certains politiques et auteurs pro-européens souhaitent une Europe fédérale, basée sur le modèle des États-Unis d'Amérique mais les essais n'ont pas encore aboutis, on se souvient du referendum de 2005 rejeté par une majorité de français qui portait sur l'élaboration d'une constitution européenne. Aujourd'hui, le projet d'une Europe fédérale n'est plus vraiment d'actualité car plus qu'un cadre institutionnel, c'est le règlement des crises qui prime. C'est en effet la question la plus urgente, la crise est bien présente dans les pays de l'union et certains pensent que c'est dû à une trop faible intégration.

Le projet européen remis en cause et pas encore finalisé

Si aujourd'hui 76% des français considèrent que notre pays ne peut pas se passer de l'union européenne, on voit tout de même apparaître un mouvement «eurosceptique» avec les crises, beaucoup rejettent la faute sur les politiques de rigueur menées par la BCE. Ce mouvement se fonde également sur un courant politique ancien qui a peur de voir dépossédée la nation de sa souveraineté, le souverainisme.

Les dirigeants européens ont fait renforcer l’intégration européenne depuis la crise, on est en train de mettre en place des mécanismes pour relancer la croissance et les économies en difficulté. Sur le papier on fait énormément mais ce n'est pas entré en vigueur car on attend la ratification des traités par les États.

De plus on observe entre les pays membres des grandes disparités de richesse. En 2013, alors que l'Allemagne affichait un PIB par habitant de 39 500$, celui de la Roumanie n'était que de 14 400$. On retrouve une forme de concurrence entre les pays en matière d'impôts, de charges sociales.... On entend souvent parler du dumping, qui peut être social par exemple et qui correspond à l'embauche de travailleurs à un niveau de couverture sociale minimum et inférieur aux autres pays de l'UE.

L'Europe n'est pas seulement une zone dans laquelle on crée un marché unique, il faut remettre sur les chantiers une Europe de la défense avec une armée commune, de la recherche et du développement, de la technologie ou encore de l'énergie. Les politiques européennes en matière d'aéronautique notamment ont rencontré un succès fabuleux.

Quant à une Europe sociale et culturelle elle est difficilement envisageable aux vues des divergences qui subsistent entre les pays.

La question du projet européen est donc en suspend, on se demande toujours si plus qu'une union monétaire et économique on se dirige vers une union juridique, militaire, politique, sociale, culturelle, environnementale, fiscale...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire