. Modern-Paper, le plus de l'info: Arrestation de Salah Abdeslam : son rôle, ses secrets et son symbole*Louise Bigot

Arrestation de Salah Abdeslam : son rôle, ses secrets et son symbole*Louise Bigot

4 mois après le début de sa cavale , Salah Abdeslam, suspecté d'être le principal organisateur des attentats de Paris, a été arrêté à Molenbeek, commune de Bruxelles. L'homme qui fut pendant 4 mois le plus recherché d'Europe a été blessé pendant l’assaut mené par les forces de l'ordre belges. Mais qui est réellement Salah Abdeslam ? Quel est son rôle dans les attentats ? Son arrestation aura-t-elle une incidence sur la poursuite de l'enquête ?



Qui est Salah Abdeslam ?

Français d'origine marocaine, ayant principalement vécu à Molenbeek, Salah Abdeslam, 26 ans, s'est radicalisé en 2010 alors qu'il était incarcéré pour une affaire de vol par effraction . C'est là qu'Abdlehamid Abaauod, cerveau des attentats de Paris, cité dans la même affaire que lui en 2010, a sans doute enseigné la taquyia, théologie de la dissimulation, afin de tromper la vigilance des autorités en blasphémant par exemple. Interrogé début 2015 avec son frère, qui vient de tenter de rejoindre la Syrie, ils sont relâchés sans être inquiétés.

Le rôle de Salah Abdeslam dans les attentats de Paris est encore flou même si son parcours est aujourd'hui connu. Après être allé en août en Italie, il effectue un aller-retour en Grèce puis est contrôlé en Autriche en septembre 2015, accompagné de deux hommes également impliqués dans les attentats de novembre. Salah Abdeslam, considéré ,avec Abdelehamid Abaaoud, comme le cerveau ou, au moins le logisticien des attentats, a loué début novembre les deux voitures qui serviront aux terroristes. C'est également lui qui réserve les chambres d’hôtel des kamikazes du Bataclan la veille du massacre. Présent dans le convoi des trois voitures se dirigeant vers Paris le 12 novembre, il abandonnera sa voiture à Paris le 13 puis sera ramené le 14 au matin par des amis Belges. Il sera contrôlé vers 9h aux alentours de Cambrai sans être inquiété, son identité n'ayant pas encore été reliée aux attentats. Son frère aîné, Brahim Abdelslam, membre du commando qui pris pour cible des terrasses parisiennes le 13 novembre, se fera sauter sur la terrasse du Comptoir Voltaire. Après une perquisition à Bruxelles le 15 mars qui déboucha sur une arrestation et la découvertes des empreintes de Salah Abdeslam, il est alors très probable que l'homme le plus recherché d’Europe est un des deux fugitifs qui échappa à la police. Blessé à la jambe par la police belge lors de la perquisition du 18 mars à Molenbeek, Salah Abdeslam fait aujourd'hui figure de témoin indispensable pour mieux comprendre ce qui s'est passé le 13 novembre 2015.

Quelles sont les conséquences de son arrestation ?

Peu de temps après l'intervention, qui aura permis en tout d'interpeller 5 suspects , François Hollande a demandé l'extradition de Salah Abdeslam, qui est de nationalité française. Extradition qui après une garde à vue, de 24h en Belgique, puis une présentation à un juge belge, sera sans doute très rapide, vue de la gravité des charges qui pèsent contre Salah Abdeslam.

Derrière l'arrestation du témoin clé des attentats de novembre, c'est un nouveau départ pour l'enquête qui est attendu par les services de renseignements français. Comme l'a rappelé François Hollande hier soir, cette arrestation n'est pourtant « pas la conclusion définitive de l'enquête ». Le jugement apportera sans doute de nouveaux éléments dans l'enquête mais il est peu probable que SSalah Abdeslam accepte de coopérer à la recherche des nombreuses autres personnes impliquées. L'affaire, qui est instruite par le pôle antiterroriste de Paris, sera jugée après l'instruction complète du dossier, qui prendra encore de nombreux mois, probablement devant une cour d'assise spéciale, c'est-à-dire sans jurés.

Au lendemain de l'arrestation de Salah Abdeslam, c'est la valeur symbolique qui prend le devant. Pour les survivants et les familles des victimes, juger un des responsables des attentats qui on coûté la vie à 130 personnes, c'est les venger, faire son deuil et enfin lever le voile sur des zones d'ombre encore nombreuses. Déjà, certains politiques se posent la question au lendemain du vote du Sénat contre l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution. Salah Abdelslam, qui n'est pas binational, peut-il être déchu de sa nationalité française ? La proposition dont les contours étaient assez flous jusqu'alors prend désormais tout son sens et montre la portée de sa dimension symbolique. Une nouvelle page dans un débat à bout de souffle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire