. Modern-Paper, le plus de l'info: Euro 2016 : Benzema, l'épilogue malheureux*Clément Finot

Euro 2016 : Benzema, l'épilogue malheureux*Clément Finot

La sentence est tombée mercredi et malgré un dernier appel du pied après son match de Ligue des Champions, Karim Benzema ne verra pas l'Euro. Cette décision surprend le monde des médias qui disaient ouvertement que de toute façon, l'attaquant du Real Madrid sera débarrassé de ses affaires extra-sportives et donc, sélectionnable. Retour sur le dénouement de cette affaire.

Crédit image

La Fédération Française de Football a publié un communiqué de presse. Dans ce dernier, nous apprenons que Karim Benzema ne sera pas sélectionnable pour l'Euro 2016, qui se disputera en France. Pourtant, comme le mentionne le texte paru par la FFF, « A la lumière de ces éléments, et de la levée partielle du contrôle judiciaire de M. Benzema, qui rend à nouveau possible sa convocation en équipe de France, il n'existe aucun obstacle, sur le plan juridique, au fait qu'il soit sélectionné ». Il y a eu donc une discussion prise par deux personnes, Noël le Graët et Didier Deschamps. Sur des critères d'éthique, de logique de groupe mais également sur des critères sportifs, Karim Benzema a donc été laissé de côté pour la compétition qui se jouera en juin prochain.

Retour d'abord sur les déclarations phares des deux hommes, qui ont joué un jeu de poker menteur avec les médias.

 Alors, tu veux ou tu veux pas ? Dans un premier temps, le sélectionneur ne prend pas position. Lors d'une conférence de presse, le 5 novembre 2015, il demande à son attaché de presse de bien signaler qu'il ne répondra à aucune question sur l'affaire. Le lendemain, Noël le Graët lance une première déclaration : « Je n'ai pas l'intention de le condamner avant que la justice se prononce. Il y a peut-être des fréquentations à améliorer ». Ou comment sortir de ses responsabilités. Les responsabilités, Mathieu Valbuena les a donné par l'offensive à la fédération, après son grand interview dans Le Monde. Deux semaines après, nous sommes le 11 décembre 2015 et un point presse déconcertant va provoquer la moquerie et la colère des suiveurs de l'affaire. Un ton décalé, presque familier, l'élocution de Le Graët a été marquée par des phrases comme « Valbuena a eu l'imprudence de laisser traîner son téléphone. Je garde le mien toujours sur moi ». Ou alors en définissant les deux joueurs de « garnements ». 
La majeure partie des sorties sont à mettre au titre de NLG. Pour la première fois, le 21 février 2015, Deschamps va prendre parti de manière implicite (mais explicite) : « D'un point de vue sportif, j'ai envie d'avoir la meilleure équipe, donc les meilleurs joueurs ». Un signal fort du sélectionneur, avouant à demi-mot sa volonté d'avoir Benzema dans son groupe de 23. Un mois plus tard, ce même Deschamps persiste et signe en disant que « tous les pays nous l'envient ». Il est vrai qu'en allant uniquement sur des critères sportifs, Benzema est incontournable, même après les deux victoires contre les Pays-Bas et la Russie. Mais justement, personne ne se mouille de trop dans la presse. Jusqu'à cette décision définitive, celle du 13 avril 2016, où l'attaquant du Real Madrid est écarté par les deux protagonistes.

« La performance sportive est un critère important mais pas exclusif […] La capacité des joueurs à œuvrer dans le sens de l'unité, au sein et autour du groupe, l'exemplarité et la préservation du groupe sont également prises en compte »


Le dernier rassemblement de mars a été une victoire totale pour l’Équipe de France. Tous les attaquants ont été décisifs (au minimum, une passe décisive de Martial). De la jeunesse, de la fougue, de l'envie et surtout de la qualité. Un véritable engouement est né lors de ses deux matchs amicaux, où la grand public a pu confirmer son amour pour l'exilé Gignac, les flèches Coman et Martial. Le tout, conjugué à l'éclosion d'un nouveau patron offensif, Antoine Griezmann. Il aurait été trop compliqué pour les dirigeants de la 3F de couper un élan aussi frais en ajoutant Benzema, un joueur à la réputation inadéquat. Le sondage paru, disant que 73% ne veulent pas du joueur du Real à l'Euro, est aussi rentré en compte. Indéniablement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire