. Modern-Paper, le plus de l'info: Football : Zidane frappe un grand coup*Clément Finot

Football : Zidane frappe un grand coup*Clément Finot

Cela faisait longtemps qu'on attendait cet événement qui n'a lieu, en temps normal, que deux (voire trois avec la Coupe du Roi) fois par saison. Le diffuseur national, BeIN SPORTS, a fait un spot publicitaire à la hauteur de la rencontre, tout était près pour voir un grand Clasico. Un Barca-Real avec son animosité, ses tensions et ses coups de génie. Et pourtant, certains voyaient cet affrontement comme un match au rabais. 

Les bookmakers ne misaient pas lourd sur la victoire du Real Madrid, convalescent et seulement troisième de la Liga. Accusant dix points de retard sur le rival de toujours, le club de Florentino Perez a su créer la sensation en s'imposant au Camp Nou. Grâce notamment au plan de jeu de son entraîneur français.

Crédit image : Media365

Une surprise dans la compo a tout changé

D'habitude, le milieu de terrain du Real est composé de Toni Kroos, Luka Modric et Isco (ou James Rodriguez). Trois joueurs a la vocation offensive. L'allemand a toujours été dans un rôle de relayeur lors de ses années au Bayern Munich, n'étant donc pas un des premiers récupérateurs. Même constat pour Modric, qui a même joué comme organisateur à Tottenham. Enfin, Isco et James ont la faculté de pouvoir jouer sur les ailes. Mais ne sont en aucun cas des sentinelles. Par conséquent, ce milieu, aussi brillant techniquement qu'il est, n'est pas du tout équilibré. Pour que les joueurs puissent jouer sur leurs qualités de percussion et de projection, il faut l'assurance d'avoir un vrai milieu défensif derrière, comme Lassana Diarra le fait en sélection nationale.

Zinédine Zidane l'a bien compris et a joué la carte de l'équilibre en positionnant Casemiro, un milieu défensif prêté avec succès à Porto l'an dernier, devant la défense. Avec pour mission de gêner un maximum les départs de contre-attaque barcelonaises. Résultat : le Brésilien a muselé Messi et sa bande de manière probante. Si bien qu'il a été élu homme du match par des rédactions comme Footmercato.

La seconde preuve que Zizou a eu la bonne tactique pour cette partie, c'est d'avoir convaincu ses ailiers de faire les efforts défensifs. Très rarement, Cristiano participe au repli défensif pour récupérer le ballon haut. Il est plus dans le rôle du premier contre-attaquant. Samedi soir, au Nou Camp, on a vu le triple Ballon d'Or faire des courses défensives pour aider le bloc. Chose subjuguante. Mais efficace.

Le Real meilleur sur le physique

Enfin, là où le Real a été meilleur que son adversaire, c'est dans le domaine physique. Depuis des semaines, Zidane fait également faire du foncier à ses joueurs pour qu'ils soient constants physiquement sur 90 minutes. Ce travail d'usure a eu son effet puisque c'est bien dans les trente dernières minutes que les Merengues ont fait la différence à la marque. Gareth Bale aurait pu manquer de lucidité, après sa longue course, avant de faire son centre salvateur. Mais il a eu la caisse nécessaire. Tous ces enjeux voulus par l'ancien numéro 10 des Bleus ont fait que ce dernier a empoché la bataille tactique sur son compère Blaugrana, Luis Enrique.

Après cette victoire où son apport est indéniable, Zinédine Zidane peut jubiler. Il jouit désormais d'un crédit illimité en France et s'est construit une réputation en Espagne de fin tacticien. Au final, ses détracteurs qui ont dis que « Zidane ne sera qu'un manager de cette équipe » ont eu tord après cette performance majuscule. Les supporters, qui lui ont toujours témoigné tout leur soutien, l'adulent encore plus. Bref, sur le baromètre de popularité, Zizou atteint son pic de crédibilité. Et n'est pas prêt de voir son ascension retomber. Son charisme et cette victoire parlent plus à tout le monde que les six mois pas si mauvais de Rafa Benitez.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire