. Modern-Paper, le plus de l'info: Élection présidentielle en Autriche : un second tour très serré*Lucas Marciot

Élection présidentielle en Autriche : un second tour très serré*Lucas Marciot

Lors du premier tour de l'élection présidentielle autrichienne le 24 avril dernier, Alexander Van Der Bellen, candidat écologiste avait obtenu 21% des suffrages face au candidat d’extrême droite Norbert Höfer. Ce dernier ayant reçu 35% des voix, selon les données officielles. Dimanche dernier, à l’issue du second tour, les suffrages se sont tournés en faveur d’Alexander Van Der Bellen. De peu, puisque 31 000 voix ont empêché le candidat du FPÖ d’accéder au pouvoir. Lors de son discours en tant que président tout juste élu, Alexander Van Der Bellen a affirmé représenter le pays « dans toute sa diversité », une pique envers son rival qui souhaitait empêcher la délivrance de visas pour les réfugiés. Cependant le FPÖ réalise cette année son meilleur score à un scrutin national. Il a séduit la majorité des électeurs masculins (54%) ainsi que des ouvriers (70%), mais le parti écologiste est parvenu à convaincre l’électorat jeune (56%) et les plus de 50 ans (51%), selon les chiffres du Monde.

Crédit image : REA

Les fonctions du président autrichien

En Autriche, le président n’intervient pas dans gestion quotidienne du pays mais dispose de prérogatives importantes comme celle de révoquer le gouvernement, possibilité que le candidat d’extrême droite n’avait pas exclu « en dernier recours ». Alexander Van Der Bellen prendra ses fonctions le 8 juillet prochain, succédant ainsi au social-démocrate Heinz Fischer.

Les réactions des politiques français

Ces élections en Autriche étaient particulièrement attendues par les politiciens, et les commentaires sur celles-ci ont été nombreux. Sur son compte Twitter, Manuel Valls, le Premier ministre, a exprimé son « soulagement de voir les Autrichiens refuser le populisme et l’extrémisme » et a indiqué que « chacun doit en tirer les leçons en Europe ». Toujours sur ce même réseau social, la présidente du Front National, Marine Le Pen a tenu à exprimer ses « plus sincères félicitations à nos amis du FPÖ pour ce résultat magnifique » et à dire « bravo au peuple autrichien ». De son côté , Nicolas Sarkozy, président des Républicains a précisé que « quand il n’y a plus de gauche, quand il n’y a plus de droite, les extrémistes en profitent » sur le plateau du 20h de TF1.

Ces élections autrichiennes ont été très médiatisées, mais les américaines en novembre prochain risquent de suivre le même chemin, voire même davantage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire