. Modern-Paper, le plus de l'info: Elections législatives en Iran : l'épreuve du pouvoir pour les réformateurs*Lucas Marciot

Elections législatives en Iran : l'épreuve du pouvoir pour les réformateurs*Lucas Marciot

En Iran, à l'occasion du 1er tour des législatives, le 26 février dernier, la liste de l’espoir menée par Mohammad Reza-Aref a obtenu 41,72% soit 121 sièges et la coalition des principlistes a quant à elle remporté 83 sièges. Réformateurs et modérés de la liste « espoir » ont à l’issue du 2nd tour le 29 avril 2016 gagné 38 des 68 sièges en jeu sur les 290 que compte le Parlement, comme l’indique l’AFP. D’après Le Figaro, 55 millions d’électeurs avaient été appelés aux urnes au 1er tour mais seuls 17 millions l’ont été pour ce 2nd tour. Celui-ci allait donc déterminer la couleur politique de la nouvelle Assemblée de la République islamique d’Iran : pour la première fois depuis 2004, le Parlement ne sera ainsi plus dominé par les conservateurs. Lors de ce scrutin remporté par la liste de l’espoir mais sans écrasante majorité, quatre femmes sont été élues au 2nd tour s’ajoutant aux treize autres l’ayant emporté le 26 février. La nouvelle assemblée comprendra donc dix-sept femmes dont quinze réformatrice, contre neuf dans la précédente. C’est la première fois depuis 1979 et la révolution islamique que le Parlement comptera autant d’élues. Cette nouvelle assemblée se réunira à la fin du mois de mai pour élire son chef.

Crédit image : AFP/Atta Kenare

Le président sortant, Ali Larijani, conservateur modéré et le chef de file des réformateurs et modérés Mohammad Reza-Aref devraient être en lice. Les alliés du président actuel Hassan Rohani en place à la tête de la République islamique d’Iran depuis 2013 formeront donc un groupe puissant dans ce prochain Parlement. Le chef d’État souhaite mener sa politique de réformes et d’ouverture suite à l’accord avec les États-Unis passé entre les deux pays et entré en vigueur le 16 janvier dernier, ce bloc va par conséquent faciliter sa tâche et ce d’autant plus que la quasi-totalité des ultraconservateurs ont été éliminés.

Mais les retombées de cet accord de tous les espoirs se font attendre : la situation peine à évoluer dans ce pays. En effet, le chômage touche 11% de la population active et près de 25% des jeunes. Autant dire que les députés fraichement élus vont avoir du pain sur la planche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire