. Modern-Paper, le plus de l'info: Euro 2016 : Immortale Squadra Azzura*Romain Harent

Euro 2016 : Immortale Squadra Azzura*Romain Harent

« L’Italie est une équipe qui ne peut pas vous battre, mais contre laquelle vous pouvez très bien perdre. » Relayée lundi 27 juin par le commentateur de TF1 Grégoire Margotton, cette citation du regretté Johan Cruyff est un parfait résumé de la capacité qu’ont les Transalpins pour faire déjouer n’importe quelle équipe et à répondre présent dans les grands rendez-vous. Lundi, les Italiens ont éliminé l’Espagne (2-0) après un match parfaitement maitrisé et ont renvoyé les doubles champions d’Europe en titre chez eux.

Crédit image : AFP/Vincenzo Pinto

Annoncée vieillissante et sur le déclin avant le début de cet Euro, privée de ses deux meilleurs milieux de terrain (Verratti et Marchisio), la Squadra Azzura prouve une fois de plus qu’elle est de ces équipes qu’il ne faut jamais enterrer. Trop expérimentée, trop rusée, toujours parfaite tactiquement, l’Italie est l’archétype de ces formations tout aussi détestables qu’efficaces. Leur premier match dans la compétition face à la Belgique, l’un des favoris de la compétition, avait déjà sonné comme une piqure de rappel pour tout le monde. Une superbe victoire 2-0 et une leçon tactique administrée par le sélectionneur italien Antonio Conte à son homologue du plat pays Marc Wilmots. Si la suite fut plus laborieuse, avec une victoire dans les arrêts de jeu contre la Suède (1-0) et une défaite lors du dernier match contre l’Irlande (0-1) après deux prestations indigentes, les Italiens ont à nouveau montré leur résilience et leur faculté à élever leur niveau de jeu dès que l’enjeu augmente.

Nouveau choc face à l’Allemagne

Surtout, c’est la manière qui a impressionné lundi face à l’Espagne. Là où l’on pouvait s’attendre à une domination espagnole et une Italie qui se contente d’évoluer en contre, les Transalpins ont surpris par leur audace et leur capacité à se créer des occasions. En pressant très haut les Ibériques dans leur camp, la Squadra a étouffé son adversaire et s’est créé de nombreuses occasions de but. Sans un David De Gea brillant dans le but espagnol, l’Italie aurait pu aisément mener de deux buts dès les 45 premières minutes. Et bien sûr, défensivement, les joueurs d’Antonio Conte se sont montrés comme à leur habitude impeccables autour du brillant trio de la Juventus de Turin Barzagli – Bonnucci – Chiellini.

Les Italiens ont en tout cas fait le plein de confiance alors que se présentent sur leur route les champions du monde allemands (match samedi à 21 heures). Une Allemagne qui vient de se défaire de la Slovaquie sans forcer (3-0) et qui donne l’impression d’en avoir encore sous le pied. Un match à ne pas rater entre les deux plus grandes nations européennes et qui se veut explosif. Une fois de plus, l’Italie ne sera pas favorite. Ce qui était déjà le cas lors de la demi-finale de l’Euro 2012 entre ces deux équipes. Pour une victoire 2-1 de la Squadra Azzura.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire