. Modern-Paper, le plus de l'info: Japon : Visite historique de Barack Obama à Hiroshima*Lucas Marciot

Japon : Visite historique de Barack Obama à Hiroshima*Lucas Marciot

Le 27 mai 2016 restera comme une date historique dans l’Histoire américaine mais aussi japonaise. Barack Obama, en déplacement au Japon pour le sommet du G7, en a profité pour se rendre à Hiroshima. C’est la première fois qu’un président américain en fonction se rendait dans la « ville martyre » dévastée le 6 août 1945 par la première bombe atomique américaine et fit par conséquent plus de 140 000 victimes.

Crédit image : Stéphane de Sakutin/AFP

Barack Obama continue son processus de réconciliation

Le président sortant souhaite profiter de la fin de son dernier mandat pour avancer sur des points historiques entre pays. C’est ce que confirme Barthélémy Courront, directeur de recherche à l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques) à RFI : « Barack Obama cherche à dépasser les "anomalies historiques", et cette visite est en ce sens extrêmement symbolique. On l’a vu avec le deal trouvé avec l’Iran l’été dernier, on l’a vu avec le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba, la levée de l’embargo sur les ventes d’armes au Vietnam ».

Pas d’excuses

Aucun président américain au pouvoir avant Obama ne s’était rendu à Hiroshima, mais aujourd’hui le simple fait qu’il se rende au mémorial de la ville est vu par certains élus américains comme une visite d’excuses car la vision des États-Unis sur la nécessité d’utiliser ces deux bombes n’a pas changé depuis 70 ans, d’après Le Monde. D’après Guibourg Delamotte de l’INALCO (institut national des langues et civilisations orientales), « la vision américaine, c’est que ces deux bombes étaient nécessaires pour gagner, donc c’est difficile pour un président américain de donner l’impression de remettre en cause cette vision ».

Les réactions des Japonais

Les japonais attendaient cette visite depuis des dizaines d’années. Deux présidents américains s’étaient déjà rendus à Hiroshima, mais le premier Richard Nixon s’y était rendu en 1964 soir quand ans avant d’être élu président et le second en 1984, après son mandat. Selon Philippe Golub, professeur de sciences politiques à l’université américaine de Paris à RFI, « cette visite marquera sa présidence de manière importante car il reconnaît les souffrances de la population japonaise », et cette reconnaissance, les Japonais la désiraient

Le désarmement nucléaire

La population japonaise voit également en cette visite un symbole de l’engagement de Barack Obama pour la réduction des armes nucléaires auxquelles elle est fortement opposée depuis Hiroshima et Nagasaki. Obama continue également ici son opposition comme il l’avait appelé à Prague, en 2009, à un désarmement complet des armes nucléaires. Selon plusieurs chercheurs, Obama présente ici un « discours sur l’avenir du nucléaire et pas sur le passé ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire